De l'espace aux frontières

Toulouse

Du Jeudi 03 au Vendredi 04 nov

Espace confiné, psychiatrie infinie

25ème Journée Annuelle SMPP

 

Présentation

Il y a des sujets qui nous paraissent tellement familiers, évidents en quelque sorte, que l’on n’y pense pas vraiment. A propos de la prison, la question de l’espace pourrait paraitre évidente (et encore plus pour le détenu) ; le milieu carcéral se pense intuitivement comme un espace à part, connoté négativement comme la case prison sur le plateau d’un célèbre jeu de société. Un espace limité, confiné.

 

Il y a quelque chose dans la pratique du soin en milieu pénitentiaire qui vient nous interroger du côté de l’espace. Espace physique, le « dehors », bien sûr, mais aussi les autres espaces abstraits et pourtant essentiels, dont la liste ne saurait être exhaustive. L’espace psychique, objet premier de notre pratique, le « dedans ». L’espace interstitiel, institutionnel, interrelationnel, l’« entre ». L’espace du soin et les autres, une question qui nous interpelle régulièrement ; partant d’une différentiation, c’est la question des frontières, la bordure de ces mêmes espaces, qui est introduite.

 

Elles sont au devant de la scène : frontières ou limites du soin, états limites ; sujets qui agitent le monde psychiatrique et trouvent un étrange écho politique. Lieux de définition d’identité, lieux de conflits, de pouvoir.

Ces conflits frontaliers ne seraient ils pas non seulement inévitables, mais nécessaires à la créativité, à la structuration individuelle et collective ?

 

Quel soignant en milieu pénitentiaire ne s’est pas interrogé, peut-être plus qu’ailleurs, sur comment définir l’espace auquel il « appartient » ? Voire le « revendiquer» ou le protéger d’une menace à ses frontières, ou de l’oubli? D’autres diraient à l’inverse que l’espace du soin se dilate…quitte à envahir d’autres « territoires ». Curieux paradoxe : un très petit espace en apparence que celui du soin en milieu pénitentiaire (physique et médiatique) ,mais pourtant un très grand – et influent – pourvoyeur de soins ! Pourquoi cette impression d’extension du soin psychiatrique infinitus alors que les espaces auxquels il se réfère sont d’autant plus confinés ?

 

Ainsi donc, patient, soignant, institutions et leurs relations peuvent se penser selon la notion d’espace, incluant les frontières, de la clinique à la pratique, dans une dynamique de va-et-vient entre le tout et les bords, qui se retrouve d’ailleurs assez souvent dans les titres de nos congrès (le temps – le tout- VS résistance(s)/de l’intime à l’épreuve de la transparence/dedansdehors – les bords).

 

Pour approfondir la question, il s’agira de laisser la parole à des intervenants venant de « champs » divers, mais qui tous approchent la question de l’espace, des frontières.

 

De « près ou de loin », un rapproché se fera avec l’objet de notre pratique, le soin en milieu pénitentiaire. Physicien, architecte, psychiatre, sociologue, philosophe…si une somme de points de vue ne fait ni le tout, ni n’est envisageable, nous vous proposons de trouver là « matière » à penser pour le soin en milieu carcéral l’espace, jusqu’aux frontières. « espace, frontière de l’infini, vers laquelle voyage notre vaisseau spatial »

 

Lieu

Hôtel Dieu Saint Jacques

2, rue viguerie

31000 Toulouse

 

Pour plus de renseignement

SPMP

Programme